jeudi 31 décembre 2009

Hommage au cheikh Benkrizi: concert andalou d'Ibn Badja

Voici le 2e volet du concert donné par l'Ensemble "ibn Badja" lors de la magnifique soirée andalouse organisée le 18 Décembre dans la prestigieuse cité de Mostaganem. C'est une modeste contribution à la défense et illustration de l'art musical maghrébo-andalou. Ce 2e volet est dédié au cheikh Si Moulay-Ahmed Benkrizi dont je me permets de citer le message qu'il m'a adressé suite à la diffusion du film vidéo ci-après. Toute la noblesse et la modestie du cheikh sont dans ces mots que les jeunes générations devraient méditer:

"Très cher Ami et Frère.
Quelle belle fin d'année! Pleine d'amitié et toute en musique ! Comme on aimerait qu'il y en ait toujours (...) Et tout cela par la magie d'une poignée d'hommes et de femmes de bonne volonté, organisateurs, mécènes et invités, tous unis par un même dessein et un même idéal : celui de promouvoir notre patrimoine culturel universel, d'étendre et de prolonger à l'infini la chaîne d'amitié entre les hommes de bonne société et de bonne éducation.
Personnellement, je ne sais si je mérite vraiment l'honneur que vous me faites, mais ce qui est vrai, c'est que de telles actions se situent dans le sens des préoccupations qui m'ont toujours inspiré, à savoir la pérennité et la propagation de l'art andalou à travers toute l'étendue de notre pays et bien au delà si possible.

En tout état de cause, de telles actions, de telles initiatives me comblent d'aise à l'idée de savoir que les sacrifices consentis dans ce sens par certains pionniers à l'image de mes amis les regrettés Hadj Benyahia Hamia et Hadj Bouzidi Benslimane - (le grand-père de la maman de notre jeune ami Hamidou Boukhoudmi) - m'auront permis d'apporter ma contribution, si modeste soit-elle, à un vieux rêve devenu aujourd'hui une réalité tangible grâce à des jeunes gens et jeunes filles à l'image de ceux et de celles qui ne cessent de nous émerveiller par leurs prouesses et leur talent et que vous avez la gentillesse de mettre en valeur à travers vos interventions des plus opportunes."
Si Moulay-Ahmed Benkrizi

Cheikh Moulay Ahmed Benkrizi et ses deux fils, Si Fodil, Président d'Ibn Badja et Si Fayçal, Directeur artistique de l'Ensemble Ibn Badja

Soyez remercié, cheikh Benkrizi, pour tous vos efforts durant des décennies et que les générations qui vous succèdent prennent exemple sur vous!
Avec mon salut chaleureux à vos deux fils Si Fodil et Si Fayçal, vos deux fils qui sont aussi mes deux frères spirituels!
Avec mon encouragement à tous les jeunes musiciens et mon bonjour à Si Boukhoudmi dont les enfants Omar, Hamidou et Meryem me sont devenus tellement chers!
Saadane Benbabaali


BIOGRAPHIE:
Hadj Moulay Ahmed Benkrizi
MEMBRE FONDATEUR ET PRESIDENT D'HONNEUR D'IBN BADJA

Dans le monde fabuleux des arts, la musique classique algérienne peut se targuer de tenir en certains de ses maîtres, des figures de proue incontestées et incontestables. Parmi ceux-là, émergera un beau jour le grand musicien Hadj Moulay Ahmed Benkrizi, né un 04 septembre 1931, dont la réputation ne tardera point à dépasser les frontières de Mostaganem, sa ville natale.

Ce petit Moulay ne devait avoir que sept printemps en cette année 1938 lorsqu'il dut faire ses premiers balbutiements en touchant à son premier instrument.

Son père venait en effet de se payer une mandoline d'occasion pour la modique somme de quarante francs. Sa chance, il la tenait sans trop le savoir dans l'apport ô combien précieux d'un monsieur du Chaâbi à l'époque et ami de son grand père en l'occurrence, Cheikh Belkacem Ould-Saïd (1875-1946).
Jeune homme, l'élégant Moulay Ahmed devait fréquenter le Lycée René Basset pour décrocher son baccalauréat en 1954.

Au créneau de ses activités artistiques, il demeurera autodidacte jusqu'en 1964, année durant laquelle il rejoindra la prestigieuse « El-Moussilia » d'Alger, mettant à profit son court séjour professionnel. Il aura eu pour maîtres, Si Abdelkrim Mhamssadji et Mohamed Bensemmane.

Quelques années plus tard en 1967, l'éminent artiste connaîtra alors, un des tournants de sa riche carrière de musicien et ce, en fondant en compagnie de Hadj Bouzidi Benslimane, Benyahia Hamia, Houari Chalabi et Ismet Benkritly, la prestigieuse Section de Musique Andalouse du Cercle du Croissant dénommée aujourd'hui « Nadi El-Hilel Ettaqafi ».

Le maître Benkrizi tenait depuis, les rênes en sa qualité de professeur et notamment chef d'orchestre durant de longues années.
Affable et se distinguant par une humilité exceptionnelle, l'homme en fouillant dans ses souvenirs, est capable de vous déballer d'innombrables dates et repères témoignant d'un parcours artistique si étoffé, empreint des plus beaux engagements sur la voie du sacrifice et du devoir de l'œuvre accomplie.

Son premier concert en public, il le donnera en 1969 à l'Hôtel de Ville de Mostaganem en présence du Maître Si Abderrahmane Belhocine, professeur alors au Conservatoire d'Alger.

Quelques temps plus tard, l'invétéré musicien mettra de côté sa vieille mandoline pour se rabattre sur le violon alto ; c'était en 1971!

Hadj Benkrizi à cette époque-là, se trouvait au summum de sa gloire et ne finissait pas d'enregistrer à son compte et à celui de ses disciples, succès après succès. Pour la première fois dans les annales, Mostaganem, en cette année 1972, se voyait représentée par le grand orchestre du Nadi que dirigeait Moulay Benkrizi et où rayonnait déjà feu Houari CHALABI, Nor-Eddine Benatia et Mohamed Tahar entre autres. Il s'agissait de la grande finale consacrant au T.N.A. d'Alger les meilleures troupes musicales ayant brillé dans les différentes prestations lors des festivals nationaux.

A travers l'exaltant cheminement artistique du gigantesque Benkrizi, celui-ci devait faire la rencontre de bon nombre de figures marquantes dans le domaine de la musique andalouse. Il se liera même d'amitié avec beaucoup d'entre eux à l'instar de Hadj Mohamed Khaznadji qui prendra ainsi le relais du regretté Hadj Omar Bensemmane pour continuer à enseigner à l'enfant de Mostaganem des morceaux peu connus et autres noubas dont plusieurs sont inédites.

Il aura en outre le privilège de côtoyer des hommes de la trempe de Sid-Ahmed Serri, Mustapha Skandrani, Mâalem Lili Boniche à Paris, El-Boudali Safir, Jawad Fasla, Mme Nadya Bouzar Kasbadji, Dahmane Benachour, Mohamed Toubal, Mohamed Mahieddine de Blida, Hadj Brahim Belladjreb de Koléa, Sadek El-Bidjaoui, Si Mohamed Bouali et Cheikh Larbi Bensari de Tlemcen, Hadj Mohamed Tahar Fergani et Bentobal de Constantine, Hassène El-Annabi, et Dieu sait si la liste est encore longue.

Hadj Moulay avait pour ainsi dire ce don de meneur d'hommes insoupçonnable et il lui a été donné l'occasion de diriger à maintes reprises d'importants concerts publics notamment avec Sid-Ahmed Serri à Mostaganem en 1995, puis en compagnie de Hadj Mohamed Khaznadji à Tétouan, à Tanger au palais Moulay-Hafid ainsi qu'au palais Moulay-Idriss Cherif El-Ouazzani en 1991, sans parler de ceux qu'il aura su mener de mains de maître dans la Perle du Dahra dans les années 1987, 1989,1991 et 1992.

Par ailleurs, il sera depuis 1974 au rendez-vous avec tous les festivals tenus traditionnellement à Tlemcen, Constantine et Alger, à l'occasion de la célébration de l'andalou, du Malouf, du Med'h et autre Printemps Musical.
Il aura longtemps sillonné son pays de long en large, d'Oran à Tlemcen en passant par Nédroma, pour se déporter vers Koléa, puis Constantine et bien d'autres hauts lieux de la musique classique algérienne.
Il laissera également ses empreintes quelque part à Damas, Oujda, Milan, Brescia, Paris, Tanger, Tétouan ...

Après sa brillante carrière d'Inspecteur Principal des Impôts, maître Benkrizi est en train de couler tranquillement une retraite bien méritée et ce, tout en s'attelant à la finition de ses mémoires d'homme exceptionnel au talent immense de musicien et d'homme de culture de la première heure. Le R'beb et la cithare, comme le luth, le violon ou encore la kouitra, c'est toute sa vie. C'est parce qu'il y tient énormément que Hadj Moulay Benkrizi est, à l'âge de 77 ans, encore là, parmi nous, prêt à tous les défis.

Source http://avempace458.skyrock.com/1983404557-le-Maitre-de-Mostaganem-Hadj-Moulay-Ahmed-BENKRIZI.html

Vidéo réalisée par Saadane Benbabaali

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Contrairement à ce que tentent de propager des courants de pensée étroits et dogmatiques,la symbiose des cultures n'a jamais cessé,qui a nourri depuis l'antiquité l'orient et l'occident,souvent à l'encontre des pouvoirs temporels et des autorités religieuses.La première des expressions artistiques à pérenniser l'existence d'un pont entre les peuples est la musique.
Le rôle fut inestimable de la culture et de la pensée religieuses d'où qu'elles viennent,qui ont fécondé celles qui s'y sont opposé dans la mesure même où elles ont dû se définir par rapport à elle,de même que la religion n'a évolué favorablement qu'en se redéfinissant elle aussi par rapport à ses détracteurs.

Anonyme a dit…

Suite du précédent commentaire.
Au fil d'une vie,mes rencontres et mes échanges(service militaire au sein d'un régiment de "tirailleurs marocains",rencontres éphémères en séjour hospitalier d'un iranien,et d'un musulman algérien d'humble extraction qui m'a demandé de lui offrir deux cassettes:le Messie de Händel et le requiem de Mozart,vie d'enseignant à Bobigny au contact de la communauté maghrébine),je me suis persuadé de la qualité morale qui procède de la foi religieuse,si elle procède d'une connaissance suffisante de sa religion,et quand elle admet le doute et la tolérance,ainsi que l'existence d'une culture profane.

Anonyme a dit…

Suite du précédent commentaire:loin de l'obscurantisme et du joug des interdits et des tabous,cette culture religieuse nourrit la soif d'idéal,une rigueur morale sans étroitesse et sans rejet des plaisirs de l'existence,digne des créateurs des "Mille et une nuits",et surtout ce qui manque le plus dans notre monde:la convivialité et la chaleur humaine.Il n'est que d'entendre le concert de casseroles du changement d'année pour s'en convaincre.Voilà ce pourquoi le message du cheikh Benkrizi me touche particulièrement.
Patrick Rossignot.