mardi 12 janvier 2010

لو كان سلطان المحبّة منصفي \ Law kâna sultân al-mahabbati munçifî

لو كان سلطان المحبّة منصفي

Inqilâb Sîka (p. 211) : Law kâna sultân al-mahabbati munçifî

لو كان سلطان المحبّة منصفي
Law kâna sultân al-mahabbati munçifî
Si la sultane de l’amour était juste envers moi
ما كان نومي عن عيونيي قد نفي
Mâ kâna nawmî ‘an ‘uyûnî qad nufî
Le sommeil n’aurait pas fui mes yeux
يا سادتي رقّوا لصبّ مدنف
Yâ sâdatî raqqû li-çabbin mudnifi
Nobles gens, pitié pour un amoureux au seuil de la mort
أما ترحمون عزيز قوم ذلّ في
Amâ tarhamûn ‘azîza qawmin dh؟lla fî
Ne seriez-vous pas clément avec un riche seigneur
شرع الهوى وغنيّ قوم إفتقر
Shar‘i l-hawâ wa ghaniyya qawmin iftaqar
Que l’amour a humilié et rendu pauvre et démuni ?
لام العواذل فيك ما طاوعتهم
Lâma al-‘awâdhilu fîka mâ tâwa‘tu-hum
Les censeurs me reprochent de t’aimer, mais je n’en ai cure،
أعرضت عن أغراضهم و تركتهم
A‘radtu ‘an aghrâdi-him wa taraktu-hum
Je me suis détourné d’eux et de leurs propos
سددت كلّ مسامعي و هجرتهم
Sadadtu kulla masâmi‘î wa hadjartu-hum
Sourd à leurs reproches, je me suis éloigné d’eux

قالوا هويت مدلّلا فأجبتهم
Qâlû hawayt mudallalan fa-adjabtu-hum
Ils m’ont dit que j’ai aimé une fière coquette
كُفّوا ، إذا نزل القضاء عُمِيَ البصر
K؟ffû idhâ nazala al-qadâ ‘umiya al-baçar
َAssez (de reproches)! quand le destin est décrété les yeux sont aveuglés.

Notes explicatives et corrections d'erreurs du texte courant:

[1] On peut également comprendre sultân al-mahabbati comme étant le pouvoir de l’amour qui s’impose à tous les amoureux et les tient sous son autorité.
[2] riqqû et non raqqû à l’impératif.
[3] Danifa yadnafu : être gravement malade, être près de mourir.
Le mudnif : quelqu’un qui est atteint d’une maladie grave, près de mourir.
[4] dhulla et non dhalla au passif.
[5] Plutôt ghaniyya avec une shadda
[6] kuffû et non kaffû à l’impératif.

11 commentaires:

Amrane a dit…

Excellente traduction khouya Saadane qui respecte scrupuleusement l'âme du texte d'origine.

Saadane a dit…

Merci Amrane de ta fidélité et pour tes commentaires sympas.

NAIMA BEDAIRIA a dit…

Merci beaucoup Saadane de nous faire profiter de tes connaissances (litterature et culture arabe comme d'hab)

benbabaali saadane a dit…

Merci Naima pour ta gentillesse et ta présence fidèle dans cet univers que je suis heureux de partager avec des personnes comme toi! Cordialement
Saadane

Anonyme a dit…

Thank you so much for sharing this beautiful piece of litterature on this day which is my "Birth Day" What a great gift!

Elizabeth Whittlesey a dit…

Thank you so much for sharing this beautiful piece of litterature on this day which is my "Birth Day" What a great gift!

Malik a dit…

Cher Hadj Saadane
Ton dévouement à ce patrimoine ancestral,est la preuve de ton amour,sans pareil
Je suis convaincu qu'il est d'une grande utilité pour tous les adeptes pratiquants ou non
Notre langue "Loughatou el dhadh" est trés vaste , que mème les connaisseurs en la matière,éprouvent parfois des difficultés de comprehension
Bravo a3lik
ALLAH YAHSANE 3AMALAKA INCHALLAH

Josette Kalifa a dit…

Mille merci pour cette superbe traduction. 5 années déjà que j'ai rencontré cet univers poétique et mélodieux du chant arabo-andalou. Pour moi qui ne parle ni ne comprend l'arabe chaque chant est tel un met précieux qui ravit mes papilles et mon âme. C'est il me semble la force de la Poésie que de transcender celui qui la dit ou la chante, au-delà du sens littéral. Aborder grâce à vous le sens littéraire et poétique d'un texte est un enrichissement et un challenge supplémentaire pour l'interprète que je suis d'ajuster mon ressenti à l'essence du poème.
Encore merci. Josette

Saadane a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Saadane a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
nadia dougdag a dit…

je prends mon café et je lis ces traductions, je ne savais pas comme les mots pouvaient s entremeler, se coller et se se réunir aussi bien , que de beaux textes qui me font prendre conscience qu il faut vivre les moments intensémentset au lieu de cela on perd parfois notre temps à nous lamenter; j ' en ai les larmes qui coulent je ne sais pourquoi ...surement parceque je n ai jamais connue cela MERCI infiniment NADIA