dimanche 18 octobre 2009

Armand Robin: UN DOCUMENT RARE

Un enregistrement rare d'un poète exceptionnel : Armand Robin parle de Pouchkine

video

Biographie

Venu au monde dans une famille d'agriculteurs bas-bretons, à Kerfloc'h dans la commune de Plouguernevel (Côtes d'Armor), il est le huitième enfant d'une modeste famille de paysan. Sa langue maternelle est donc le breton et il apprend le français à l'école.

Brillant élève, il monte à Paris en 1929 afin de préparer l'entrée à l'École normale supérieure. Il y suit, notamment, les cours de Jean Guéhenno, Breton et d'origine très modeste comme lui, avec qui il se liera d'amitié. Il échoue à l'agrégation mais, boursier, peut continuer ses études de lettres, apprenant notamment le russe.

28 novembre 1933 sa mère meurt.

En 1934 il effectue un voyage en URSS, d'où il revient complètement désenchanté du communisme.

À partir de 1935 il commence à traduire Blok, Essenine... fréquente les milieux littéraires parisiens, et publie chez Gallimard Ma vie sans moi, où ses propres poèmes se rangent aux côtés de traductions, et Le Temps qu'il fait, épopée lyrique dans le paysage de son enfance.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, étant très doué pour les langues (il en comprendra vingt-six), il est embauché par le ministère de l'Information du Régime de Vichy comme collaborateur technique au service des écoutes de radios en langues étrangères et rédige des « bulletins d'écoutes ».

Divers basculements interviennent dans sa vie aux alentours de 1942. Il se met à écrire des poèmes très militants sur la condition de prolétaire dans le monde, son inadaptation au milieu intellectuel, avec des retours sur son enfance. Il abandonnera cette entreprise : ce sera son adieu à la littérature personnelle, et il se tourne vers la Fédération anarchiste.

Il reprend son Bulletin d'écoutes à titre personnel en mai 1944 notamment pour la presse issue de la résistance, Combat et L'Humanité.

À la Libération, il demande à être inscrit sur la liste noire complémentaire du Comité national des écrivains, par rejet du communisme qui était l'idéologie dominante des écrivains « bien-pensants », qui refusa net. « Je ne perdis pas courage, je fus mis sur la liste, tout seul sur une liste à part » (correspondance à Marcel Laurent du 18/11/1945). Il demande par la suite à y rester en écrivant au ministre de l'Instruction publique; sa révolte contre le milieu littéraire s'accroît.

Il n'en continue pas moins ses écoutes — ce qu'il fera jusqu'à la fin —, et publie en 1953 La fausse parole, point d'aboutissement de sa réflexion sur ses écoutes de radios et sur la propagande. Dans le même temps, il continue ses travaux de traductions, qui aboutiront à Poésie non traduite, et anime au début des années 1950 une série d'émissions de radio bilingues sur les poètes du monde entier : Poésie sans passeport sous la direction de Claude Roland-Manuel.

Sa fin est tragique : à la suite d'une série de fâcheux événements, il est embarqué par la police, et meurt le 30 mars 1961, dans des conditions mal élucidées, à l'infirmerie spéciale du dépôt de la préfecture de police.

Une partie de ses écrits aurait disparu dans l'affaire. Ses poèmes survivants donneront lieu à diverses éditions.

Le mystère Armand Robin

Comment expliquer son don pour les langues ? Il fut considéré comme le plus grand poète en bulgare et en swahili du XXe S. "J'ai pris le croate, l'irlandais, le hongrois, l'arabe, le chinois."

Pour me sentir un homme délivré . . .

Comment comprendre sa mort ? Les policiers qui l'avaient frappé à mort furent incapables d'expliquer leur geste.

Œuvre

Poésie et traductions mêlées
Poésie personnelle
  • Poèmes indésirables (1945)
  • Le Monde d'une voix, Gallimard (1968)
  • Fragments, Gallimard (1992)
  • Le cycle du pays natal, La Part Commune (2000)
Autres traductions

Roman
Émissions de radio transcrites
  • Pâques fête de la joie, Calligrammes (1982)
  • Poésie sans passeport, Ubacs (1990)
Essais, articles
  • La fausse Parole, Minuit (1953), Le Temps qu'il fait (2002)
  • L'homme sans nouvelle, Le temps qu'il fait (1981)
  • Écrits oubliés I, Ubacs (1986)
  • Expertise de la fausse parole, Ubacs (1990)
  • "Le Combat libertaire", édition établie par Jean Bescond, Jean-Paul Rocher éd., (juin 2009)
Correspondance
  • Lettres à Jean Guéhenno, Lettres à Jules Supervielle, présentation Jean Bescond, Librairie La Nerthe (2006)

Œuvres traduites

  • La falsa parola et Scritti scelti, (La fausse parole, traduite en italien), par Andrea Chersi, editioni l'Affranchi, 1995
  • La falsa palabra, (La fausse parole, traduite en espagnol), par Carlos Garcia Velasco, présentation Jean Bescond, Pepitas de calabaza ed, février 2007.
  • Liens externes

  • Site Armand Robin
  • Armand Robin sur contreculture.org
Source Wikipédia

Aucun commentaire: