mercredi 21 octobre 2009

Histoires soufies


1. Ouvre ton cœur et ton regard sur les autres, et le monde
sera changé

Il était une fois un vieil homme, assis à la porte d’une ville.
Un jeune homme s’approche de lui :
« Je ne suis pas d’ici, je viens de loin ; dis moi, vieil homme,
comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? »... Lire la suite
Au lieu de lui répondre, le vieillard lui renvoie la question :
« Et dans la ville d’où tu viens, comment les gens étaient-ils donc ? »
Le jeune homme aussitôt, plein de hargne :
« Egoïstes et méchants, au point qu’il m’était impossible de les
supporter plus longtemps ! C'est pourquoi j’ai préféré partir ! »
Le vieillard :
« Mon pauvre ami, je te conseille de passer ton chemin :
les gens d'ici sont tout aussi méchants et tout aussi égoïstes ! »
Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approche du même vieillard :
« Salut, ô toi qui es couronné d’ans ! Je débarque en ces lieux ;
dis-moi, comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? »
Et le vieil homme de le questionner à son tour :
« Dis-moi d’abord, là d’où tu viens, comment les gens étaient-ils ? »
Le jeune homme, dans un grand élan :
« Honnêtes, bons et accueillants ! Je n’avais que des amis ;
oh que j’ai eu de peine à les quitter ! »
Le vieillard :
« Eh bien, ici également, tu ne trouveras que des gens honnêtes,
accueillants et pleins de bonté. »
Un marchand faisait boire ses chameaux non loin de là, et il avait
tout entendu :
« Comment t’est-il possible, ô vieil homme que je prenais pour
un sage, de donner, à la même question, deux réponses aussi
diamétralement opposées ? Serait-ce un poisson d'avril ? »
« Mon fils, déclara le vieil homme, chacun porte en son cœur
son propre univers et le retrouvera en tous lieux.
Ouvre ton cœur et ton regard sur les autres, et le monde
sera changé….. "
Auteur inconnu
Histoire envoyée par Anas.

2. Il n'y a que Toi!

Un amoureux fou vint frapper

à la porte de sa bien-aimée.

Elle demanda derrière la porte

"Qui est la?

Il répondit:

- C'est moi!

Elle dit:

- Il n'y a pas de place pour toi et moi

dans la même maison."

Alors il s'en alla méditer dans le désert

et des années plus tard, il revint frapper à sa porte.

La voix de sa bien-aimée demanda:

" Qui est là?

Il répondit:

C'est toi-même!"

Et la porte s'ouvrit.

Récit rapporté par Ibn 'Arabi dans al-Futûhat al-Makkiyya

Aucun commentaire: