samedi 5 octobre 2013

S̲h̲ahrazād


S̲h̲ahrazād 


, personnage féminin des Mille et une Nuits.
Comme l’a montré E. Cosquin, le thème de la jeune femme avisée qui raconte des histoires pour éloigner, et à la fin éliminer un danger est d’origine indienne. Le nom, qui confirme l’information d’Ibn al-Nadīm sur les origines persanes des Nuits [voir alf layla wa-layla] est persan, et vient de čihrāzād «de noble apparence, ou origine». Dans le récit d’Ibn al-Nadīm, S̲h̲āhrazād est de sang royal; dans celui d’al-Masʿūdī, elle est la fille d’un vizir. Plus intéressantes sont les variantes qui affectent la fin du récit-cadre. Chez Ibn al-Nadīm, comme dans les éditions de Būlāḳ et de Calcutta (2e édition) des NuitsS̲h̲ahrazād devient mère, s’assurant ainsi la clémence du roi qui admire déjà son intelligence. Dans l’édition de Breslau et dans plusieurs mss. datant de la période entre les Xe/XVIe et XIIe/XVIIIe siècles, le dernier conte de S̲h̲ahrazād est, ou inclut une version condensée du prologue. Le roi, qui se voit en scène dans l’histoire, reconnaît que ses actes sanguinaires ont été mauvais et coupables.
La première et la seconde partie du prologue des Nuits (les royaux époux déçus, leurs errances et leurs séduction par la captive du d̲j̲innī) apparaissent précocement en Europe. Dans une nouvelle de Giovanni Sercambi de Lucques (m. 1424), le d̲j̲innī prend l’aspect d’un bourgeois de Sienne portant sa jeune femme dans une boîte. L’Arioste exploite le premier thème (Orlando furioso, XXVIII). S̲h̲ahrazādelle-même ne fut introduite dans le monde occidental que par Galland. Elle y demeure, à la faveur de ses apparitions en littérature (cf. Gautier, Poe et bien d’autres) et en musique (cf. les solos de violon de la suite symphonique de Rimsky-Korsakov) une visiteuse plus ou moins exotique. Son personnage est au centre de beaucoup de pièces et de romans arabes modernes.

Bibliography

E. Cosquin, Études folkloriques, Paris 1922, 265-309
H. et S. Grotzfeld, Die Erzählungen aus Tausendundeiner Nacht, Darmstadt 1984, 50-68
H. Grotzfeld, Neglected conclusions of the Arabian Nights, JAL, XVI (1985) 73-87
H. Aboul-Hussein et Ch. Pellat, Chéhérazade, personnage littéraire, avec bibl. des ouvrages en arabe et en langues occidentales, Alger 1981. Sur le nom, voir F. Justi, Iranisches Namenbuch, Marburg 1895, 163a.

Cite this page
Hamori, A.. "S̲h̲ahrazād." Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2013. Reference. SCD PARIS III SORBONNE NOUVELLE. 05 October 2013

Aucun commentaire: