mercredi 29 juillet 2015

Nizar qabbani نزار قباني أشهد أن لا امرأة

أشهد أن لا امرأة ً 
أتقنت اللعبة إلا أنت 
واحتملت حماقتي 
عشرة أعوام كما احتملت 
واصطبرت على جنوني مثلما صبرت 
وقلمت أظافري 
ورتبت دفاتري 
وأدخلتني روضة الأطفال 
إلا أنت .. 
أشهد أن لا امرأة ً 
تشبهني كصورة زيتية 
في الفكر والسلوك إلا أنت 
والعقل والجنون إلا أنت 
والملل السريع 
والتعلق السريع 
إلا أنت .. 
أشهد أن لا امرأة ً 
قد أخذت من اهتمامي 
نصف ما أخذت 
واستعمرتني مثلما فعلت 
وحررتني مثلما فعلت 
أشهد أن لا امرأة ً 
تعاملت معي كطفل عمره شهران 
إلا أنت .. 
وقدمت لي لبن العصفور 
والأزهار والألعاب 
إلا أنت .. 
أشهد أن لا امرأة ً 
كانت معي كريمة كالبحر 
راقية كالشعر 
ودللتني مثلما فعلت 
وأفسدتني مثلما فعلت 
أشهد أن لا امرأة 
قد جعلت طفولتي 
تمتد للخمسين .. إلا أنت 
أشهد أن لا امرأة ً 
تقدرأن تقول إنها النساء .. إلا أنت 
وإن في سرتها 
مركز هذا الكون 
أشهد أن لا امرأة ً 
تتبعها الأشجار عندما تسير 
إلا أنت .. 
ويشرب الحمام من مياه جسمها الثلجي 
إلا أنت .. 
وتأكل الخراف من حشيش إبطها الصيفي 
إلا أنت 
أشهد أن لا امرأة ً 
إختصرت بكلمتين قصة الأنوثة 
وحرضت رجولتي علي 
إلا أنت .. 
أشهد أن لا امرأة ً 
توقف الزمان عند نهدها الأيمن 
إلا أنت .. 
وقامت الثورات من سفوح نهدها الأيسر 
إلا أنت .. 
أشهد أن لا امرأة ً 
قد غيرت شرائع العالم إلا أنت 
وغيرت 
خريطة الحلال والحرام 
إلا أنت .. 
أشهد أن لا امرأة ً 
تجتاحني في لحظات العشق كالزلزال 
تحرقني .. تغرقني 
تشعلني .. تطفئني 
تكسرني نصفين كالهلال 
أشهد أن لا امرأة ً 
تحتل نفسي أطول احتلال 
وأسعد احتلال 
تزرعني 
وردا دمشقيا 
ونعناعا 
وبرتقال 
يا امرأة 
اترك تحت شعرها أسئلتي 
ولم تجب يوما على سؤال 
يا امرأة هي اللغات كلها 
لكنها 
تلمس بالذهن ولا تقال 
أيتها البحرية العينين 
والشمعية اليدين 
والرائعة الحضور 
أيتها البيضاء كالفضة 
والملساء كالبلور 
أشهد أن لا امرأة ً 
على محيط خصرها . .تجتمع العصور 
وألف ألف كوكب يدور 
أشهد أن لا امرأة ً .. غيرك يا حبيبتي 
على ذراعيها تربى أول الذكور 
وآخر الذكور 
أيتها اللماحة الشفافة 
العادلة الجميلة 
أيتها الشهية البهية 
الدائمة الطفوله 
أشهد أن لا امرأة ً 
تحررت من حكم أهل الكهف إلا أنت 
وكسرت أصنامهم 
وبددت أوهامهم 
وأسقطت سلطة أهل الكهف إلا أنت 
أشهد أن لا امرأة 
إستقبلت بصدرها خناجر القبيلة 
واعتبرت حبي لها 
خلاصة الفضيله 
أشهد أن لا امرأة ً 
جاءت تماما مثلما انتظرت 
وجاء طول شعرها أطول مما شئت أو حلمت 
وجاء شكل نهدها 
مطابقا لكل ما خططت أو رسمت 
أشهد أن لا امرأة ً 
تخرج من سحب الدخان .. إن دخنت 
تطير كالحمامة البيضاء في فكري .. إذا فكرت 
يا امرأة ..كتبت عنها كتبا بحالها 
لكنها برغم شعري كله 
قد بقيت .. أجمل من جميع ما كتبت 
10 
أشهد أن لا امرأة ً 
مارست الحب معي بمنتهى الحضاره 
وأخرجتني من غبار العالم الثالث 
إلا أنت 
أشهد أن لا امرأة ً 
قبلك حلت عقدي 
وثقفت لي جسدي 
وحاورته مثلما تحاور القيثاره 
أشهد أن لا امرأة ً 
تمكنت ان ترفع الحب

 الى مرتبة الصلاة
إلا أنت .. 
إلا أنت .. 
إلا أنت ..


https://www.youtube.com/watch?v=LpPKY23EMY8

samedi 25 juillet 2015

Victor HUGO: Être aimé .

Victor HUGO chante l'amour

Être aimé .



Écoute-moi. Voici la chose nécessaire :
Être aimé. Hors de là rien n'existe, entends-tu ?
Être aimé, c'est l'honneur, le devoir, la vertu,
C'est Dieu, c'est le démon, c'est tout. J'aime, et l'on m'aime.
Cela dit, tout est dit. Pour que je sois moi-même,
Fier, content, respirant l'air libre à pleins poumons,
Il faut que j'aie une ombre et qu'elle dise : Aimons !
Il faut que de mon âme une autre âme se double,
Il faut que, si je suis absent, quelqu'un se trouble,
Et, me cherchant des yeux, murmure : Où donc est-il ?
Si personne ne dit cela, je sens l'exil,
L'anathème et l'hiver sur moi, je suis terrible,
Je suis maudit. Le grain que rejette le crible,
C'est l'homme sans foyer, sans but, épars au vent.
Ah ! celui qui n'est pas aimé, n'est pas vivant.
Quoi, nul ne vous choisit ! Quoi, rien ne vous préfère !
A quoi bon l'univers ? l'âme qu'on a, qu'en faire ?
Que faire d'un regard dont personne ne veut ?
La vie attend l'amour, le fil cherche le noeud.
Flotter au hasard ? Non ! Le frisson vous pénètre ;
L'avenir s'ouvre ainsi qu'une pâle fenêtre ;
Où mettra-t-on sa vie et son rêve ? On se croit
Orphelin ; l'azur semble ironique, on a froid ;
Quoi ! ne plaire à personne au monde ! rien n'apaise
Cette honte sinistre ; on languit, l'heure pèse,
Demain, qu'on sent venir triste, attriste aujourd'hui,
Que faire ? où fuir ? On est seul dans l'immense ennui.
Une maîtresse, c'est quelqu'un dont on est maître ;
Ayons cela. Soyons aimé, non par un être
Grand et puissant, déesse ou dieu. Ceci n'est pas
La question. Aimons ! Cela suffit. Mes pas
Cessent d'être perdus si quelqu'un les regarde.
Ah ! vil monde, passants vagues, foule hagarde,
Sombre table de jeu, caverne sans rayons !
Qu'est-ce que je viens faire à ce tripot, voyons ?
J'y bâille. Si de moi personne ne s'occupe,
Le sort est un escroc, et je suis une dupe.
J'aspire à me brûler la cervelle. Ah ! quel deuil !
Quoi rien ! pas un soupir pour vous, pas un coup d'oeil !
Que le fuseau des jours lentement se dévide !
Hélas ! comme le coeur est lourd quand il est vide !
Comment porter ce poids énorme, le néant ?
L'existence est un trou de ténèbres, béant ;
Vous vous sentez tomber dans ce gouffre. Ah ! quand Dante
Livre à l'affreuse bise implacable et grondante
Françoise échevelée, un baiser éternel
La console, et l'enfer alors devient le ciel.
Mais quoi ! je vais, je viens, j'entre, je sors, je passe,
Je meurs, sans faire rien remuer dans l'espace !
N'avoir pas un atome à soi dans l'infini !
Qu'est-ce donc que j'ai fait ? De quoi suis-je puni ?
Je ris, nul ne sourit ; je souffre, nul ne pleure.
Cette chauve-souris de son aile m'effleure,
L'indifférence, blême habitante du soir.
Être aimé ! sous ce ciel bleu - moins souvent que noir -
Je ne sais que cela qui vaille un peu la peine
De mêler son visage à la laideur humaine,
Et de vivre. Ah ! pour ceux dont le coeur bat, pour ceux
Qui sentent un regard quelconque aller vers eux,
Pour ceux-là seulement, Dieu vit, et le jour brille !
Qu'on soit aimé d'un gueux, d'un voleur, d'une fille,
D'un forçat jaune et vert sur l'épaule imprimé,
Qu'on soit aimé d'un chien, pourvu qu'on soit aimé !
Victor Hugo 14 mars 1874

lundi 13 juillet 2015

Ibn Arabi poète de l'Amour Divin: L'amour de l'Amour

Deux extraits de deux poèmes d'Ibn Arabi traduits





تعشقت حب الحب دهري ولم أقل    *       كفاني الذي قد نلت منه كفاني
 ‎ فابدا لى المحبوب شمس اتصاله       *      أضاء بها كوني وعين جناني
 ‎  وذاب فؤادي خيفة من جلاله      *        فوقع لي في الحين خط أمان ‎  
ونزهني في روض إنس جماله      *         فغبت عن الأرواح والثقلان
 ‎  وأحضرني والسر مني غائب    *            وغيبني والأمر مني داني ‎  
فإن قلت أنا واحد فوجوده         *        وإن أثبتوا عيني فمزدوجان 
‎  ولكنه مزج رقيق منزه           *       يرى واحدا والعلم يشهد ثاني ‎  



Toute ma vie, je fus amoureux de l'Amour et jamais je n'ai dit
que me suffisait ce que j'en ai obtenu ;
Le Bien-Aimé me dévoila le soleil de Son union
illuminant ainsi mon univers et mon être intime;
Mon coeur fondit par crainte de Sa Majesté,
Alors Il m'accorda sur le champ une preuve de sécurité;
Il me promena dans le jardin de Son intime Beauté,
Je fus alors absent pour les corps comme pour les esprits;
Il me fit présent en l'absence du Secret
et Il dissimula mon être en me rapprochant de Lui.
Si tu dis que je suis Un, c'est Son Être à Lui
Et s'ils découvrent mon être, c'est que nous sommes redoublés;
Mais c'est un mélange subtil et pur
Qui apparaît comme étant unique 
et où la raison témoigne d'un deuxième.



هَوًى بَين المَلاحة والجَمال                يُقاسيه القَويّْ من الرِّجال 
ويَضعُف عنه كل ضعيف قَلبٍ              تقلَّب في النعيم والدلال 
وتقليبي مع الهِجران عِندي              ألذّْ من العِناق عند الوِصال 
فإني في الوصال عُبَيد نَفسي         وفي الهجران عبدٌ للموالي 

وشغلي بالحبيب بكل وجه               أحبّْ إليََّ من شغلي بحالي 


C'est un amour entre douceur et beauté
que seul l'homme fort est capable d'éprouver,
Un amour devant lequel est impuissant
Celui dont le coeur est affaibli;
Mon trouble dans la séparation, est, pour moi
plus délicieux que l'étreinte dans l'union!
Car dans l'union je suis esclave de moi-même
Et dans la séparation, serviteur du Maître;
Ma préoccupation pour mon Bien-Aimé en toutes circonstances
M'est préférable à celle que j'ai pour moi-même.

Ibn Arabi, Al-Futûhât al-Makkiyya, Chapitre de la connaissance de la Station de l'Amour
Essai de traduction: Saadane Benbabaali



dimanche 5 juillet 2015

L'AMOUR DE GIBRAN KHALIL GIBRAN ( "Le Prophète")

"L'Amour" extrait du livre "Le Prophète"

Alors Almitra dit:
Parle-nous de l'Amour.
Et il leva la tête et regarda le peuple assemblé, et le calme s'étendit sur eux. Et d'une voix forte il dit :
Quand l'amour vous fait signe, suivez le.
Bien que ses voies soient dures et rudes.
Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui.
Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.
Et quand il vous parle, croyez en lui.
Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.
Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier.
De même qu'il vous fait croître, il vous élague.
De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil,
Ainsi il descendra jusqu'à vos racines et secouera leur emprise à la terre.
Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.
Il vous bat pour vous mettre à nu.
Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.
Il vous broie jusqu'à la blancheur.
Il vous pétrit jusqu'à vous rendre souple.
Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du festin sacré de Dieu.
Toutes ces choses, l'amour l'accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et par cette connaissance devenir une parcelle du cœur de la Vie.
Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l'amour et le plaisir de l'amour.
Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l'amour vous moissonne,
Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez, mais point de toutes vos larmes.
L'amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.
L'amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.
Car l'amour suffit à l'amour.
Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, "Dieu est dans mon cœur", mais plutôt, "Je suis dans le cœur de Dieu".
Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour car l'amour, s'il vous en trouve digne, dirige votre cours.
L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir.
Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu'ils soient ainsi:
Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.
Connaître la douleur de trop de tendresse.
Etre blessé par votre propre compréhension de l'amour;
Et en saigner volontiers et dans la joie.
Se réveiller à l'aube avec un cœur prêt à s'envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d'amour;
Se reposer au milieu du jour et méditer sur l'extase de l'amour;
Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude;
Et alors s'endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louanges sur vos lèvres.


حينئذٍ قالت المطرة: حدثنا عن المحبة.

فقال:
إذا المحبة أومت إليكم فاتبعوها,
وإن كانت مسالكها صعبة متحدرة.
إذا ضمتكم بجناحيها فأطيعوها,
وإن جرحكم السيف المستور بين ريشها.
إذا المحبة خاطبتكم فصدقوها,
وإن عطل صوتها أحلامكم وبددها كما تجعل الريح الشمالية البستان قاعاً صفصفاً.
***
لأنه كما أن المحبة تكللكم, فهي أيضا تصلبكم.
وكما تعمل على نموكم, هكذا تعلمكم وتستأصل الفاسد منكم.
وكما ترتفع إلى أعلى شجرة حياتكم فتعانق أغصانها اللطيفة المرتعشة أمام وجه الشمس,
هكذا تنحدر إلى جذورها الملتصقة بالتراب وتهزها في سكينة الليل.
***
المحبة تضمكم إلى قلبها كأغمار حنطة.
المحبة على بيادرها تدرسكم لتظهر عريكم.
المحبة تغربلكم لتحرركم من قشوركم.
المحبة تطحنكم فتجعلكم كالثلج أنقياء.
المحبة تعجنكم بدموعها حتى تلينوا,
ثم تعدكم لنارها المقدسة, لكي تصيروا خبزاً مقدساً يقرّب على مائدة الرب المقدسة.
كل هذا تصنعه بكم لكي تدركوا أسرار قلوبكم, فتصبحوا بهذا الإدراك جزءاً من قلب الحياة.
غير أنكم إذا خفتم, وقصرتم سعيكم على الطمأنينة واللذة في المحبة.
فالأجدر بكم أن تستروا عريكم وتخرجوا من بيدر المحبة إلى العالم البعيد حيثما تضحكون, ولكن ليس كل ضحككم; وتبكون, ولكن ليس كل ما في ماقيكم من الدموع.
المحبة لا تعطي إلا ذاتها, المحبة لا تأخذ إلا من ذاتها.
لا تملك المحبة شيئاً, ولا تريد أن أحد يملكها.
لأن المحبة مكتفية بالمحبة.
**
أما أنت إذا أحببت فلا تقل: "أن الرب في قلبي", بل قل بالأحرى: "أنا في قلب الرب".
ولا يخطر لك البتة أنك تستطيع أن تتسلط على مسالك المحبة, لأن المحبة إن رأت فيك استحقاقاً لنعمتها, تتسلط هي على مسالكك.
والمحبة لا رغبة لها إلا في أن تكمل نفسها.
ولكن, إذا أحببت, وكان لا بد من أن تكون لك رغبات خاصة بك, فلتكن هذه رغباتك:
أن تذوب وتكون كجدول متدفق يشنف آذان الليل بأنغامه.
أن تختبر الآلام التي في العطف المتناهي.
أن يجرحك إدراكك الحقيقي للمحبة في حبة قلبك, وأن تنزف دماؤك وأنت راض مغتبط.
أن تنهض عند الفجر بقلب مجنح خفوق, قتؤدي واجب الشكر ملتمساً يوم محبة آخر.
أن تستريح عند الظهيرة وتناخي نفسك بوجد المحبة.
أن تعود إلى منزلك عند المساء شاكراً:
فتنام حينئذ والصلاة لأجل من أحببت تتردد في قلبك, وأنشودة الحمد والثناء مرتمسة على شفتيك.



lundi 29 juin 2015

Ibn ARABI: Écoute, ô bien-aimé ! "اسمع، ياحبيبي !




"اسمع، ياحبيبي !
أنا العين المقصودة في الكون. 
أنا نقطة الدائرة ومحيطها.
Écoute, ô bien-aimé !
Je suis la réalité du monde,
le centre et la circonférence,
 أنا مركبها وبسيطها.
 أنا الأمر المنزل بين الأرض والسماء.
J’en suis les parties et le tout.
Je suis la volonté établie entre le ciel et la terre,
 – ما خلقت لك الإدراكات إلا لتدركني بها.
 فإذا أدركتني بها أدركت نفسك.  
Je n’ai crée en toi la perception
que pour être l’objet de Ma perception.
Si donc tu Me perçois, tu te perçois toi-même
 لا تطمع أن تدركني بإدراكك نفسك
. بعيني تراني و (ترى) نفسك لا بعين نفسك تراني.
mais tu ne saurais Me percevoir à travers toi.
C’est par Mon oeil que tu Me vois et que tu te vois,
ce n’est pas par ton oeil que tu peux Me concevoir.



"حبيبي !
كم أناديك فلا تسمع ؟
    كم أتراءى لك فلا تبصر  ؟
Bien aimé,
tant de fois t’ai-Je appelé,
et tu ne M’as pas entendu !
Tant de fois Me suis-Je à toi montré,
et tu ne M’as pas vu !
 كم أندرج لك في الروائح فلا نشم ؟
 وفي الطعوم، فلا تطعم لي ذوقا ؟ 
Tant de fois Me suis-Je fait douces effluves,
et tu n’as pas senti,
nourriture savoureuse
et tu n’as pas goûté.
 مالك لا تدركني في المشمومات؟ مالك لا   تبصرني ؟ ما لاك لا تسمعني ؟ - مالك ؟ مالك 
Pourquoi ne peux-tu M’atteindre
à travers les objets que tu palpes ?
Ou Me respirer à travers les senteurs ?
Pourquoi ne Me vois-tu pas ?
Pourquoi ne M’entends-tu pas ?


Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

dimanche 28 juin 2015

HISTOIRE ET CLASSIFICATION DE L'ŒUVRE D'iBN ' ARABI par O. Yahia

 Le texte ci-après est de Osman Yahia, le grand spécialiste de l'oeuvre d'Ibn Arabi et auteur d'une thèse soutenue dans les années cinquante à la Sorbonne intitulée: HISTOIRE ET CLASSIFICATION DE L'ŒUVRE D'iBN ' ARABÏ.
Dans l'Introduction à sa thèse, l'auteur donne les raisons qui ont présidé à son choix d'étudier l'oeuvre d'Ibn Arabi. Nous pensons que cette présentation est d'une grande utilité pour les étudiants et les amoureux de l'oeuvre du "Chaykh al-Akbar". Nous l'avons empruntée sur le Net pour vous en faire profiter. Espérons qu'elle servira à donner envie aux lecteurs et fidèles de mon Blog de "visiter " l'oeuvre du grand maître soufi Ibn Arabi.
Saadane Benbabaali

Avant Propos

« Pourquoi avoir choisi comme objet d'étude Ibn 'Arabï plus particulièrement parmi les penseurs arabes musulmans? 
- Ibn 'Arabï occupe, à juste titre, une place centrale et particulière dans la pensée musulmane. Son œuvre en effet domine la spiritualité islamique depuis le VII e siècle de l'Hégire et le soufisme, tout au long de son histoire, n'a jamais eu de personnalité plus forte et plus complexe.

Ibn 'Arabï est l'unique penseur, à notre connaissance, qui ait consacré sa vie entière, si riche en possibilités et en dons, à un seul objet: l'ésotérisme. Il a vécu pleinement l'idée ésotérique et l'a exprimée dans toute son ampleur, dans toute sa profondeur, en homme de culture et en artiste. Il l'a diffusée parmi ses compagnons et ses disciples à peu près dans tout l'Orient et Occident islamique au cours de ses incessants voyages.

On pourra  objecter à cela qu'Ibn 'Arabï a aussi traité longuement de sujets classiques comme l'Exégèse, la Théologie, la Science de hadïth, la Jurisprudence, et chanté dans de magnifiques poésies des thèmes familiers aux poètes arabes; on dira aussi qu'il a manifesté une curiosité toute mondaine même dans ses contacts personnels et ses voyages. En réalité, plus on avance dans l'étude du Maître, plus on s'aperçoit qu'il ne s'agissait là que d'une attitude artificielle, une apparence sous laquelle se dissimulait un seul souci, se dessinait un seul but: la recherche de la grande Réalité qui pour lui ne pouvait être perçue et formulée intégralement que dans une perspective strictement ésotérique.

Mais écoutons-le plutôt dans la préface du commentaire de son immortel «Targumân al-Ashwâq »

“ Quel que soit le nom que je mentionne dans cet ouvrage, c’est à elle que je fais allusion ( fa-‘an-hâ uknî ). Quelque demeure dont je chante l’élégie, c’est à sa demeure que je pense ( fa-dâru-hâ a‘nî). Mais il y a plus. Dans les vers que j’ai composés pour le présent livre, je ne cesse de faire allusion ( lam azal… ‘an al-imâ’ ilâ..) aux inspirations divines ( al-wâridât al-Ilâhiyya ), aux visitations spirituelles, aux correspondances ( al-munâsabât) ( de notre monde) avec le monde des Intelligences angéliques ; c’était me conformer à mon habituelle manière de penser par symboles, cela, parce que les choses du monde invisible ont pour moi plus d’attrait que celles de la vie présente, et parce que cette jeune fille connaissait parfaitement ce à quoi je faisais allusion ( li-‘ilmi-hâ …li-mâ ilay-hi  ushîru ). ”[1]

« Ibn 'Arabï, c'est le grammairien de l'ésotérisme musulman, l'interprète par excellence de la spiritualité muhammadienne, le porte-parole de la métaphysique en Islam. Une seule de ces qualifications suffirait déjà à susciter l'intérêt des chercheurs! Prenons par exemple ses Futûhât : aucun ouvrage de la littérature soufie en langue arabe ne peut lui être comparé ni l'égaler. Il apparaît dans le champ de la culture spirituelle comme une création ex nihilo sans références historiques aucunes. Et vraiment, on ne peut comparer les Futûhât ni avec: «Ihyâ 'ulûm al-Dîn» de Ghazâlï, ni avec: «Qût al-Qulûb» d'Abû Tâlib al-Makkï, ni avec aucun traité des maîtres spirituels de l'Islam. Ce livre unique dans le domaine de l'ésotérisme est, à certains égards, comme la Muqqadama d'Ibn Khaldûn dans le domaine de la philosophie de l'histoire et de la sociologie, comme les Muwâfaqât de Shâtibï dans le domaine de la Jurisprudence, comme les Asrâr al-Balâgha de Jurjânï en rhétorique ou le Kitâb de Sïbawaïh en grammaire.

Et pourtant, en comparaison avec les autres maîtres de l'Islam, Ibn 'Arabï a été le moins étudié jusqu'à nos jours. Les causes de cette mise à l'écart ne sont nullement fortuites. Tout d'abord le chercheur suffoque devant l'ampleur du domaine à explorer:
  1. Plus de 900 ouvrages (comportant 1395 titres) lui sont en effet attribués! De cet ensemble, beaucoup sont apocryphes et nous savons par expérience qu'un traité anonyme est immanquablement attribué à Ibn'Arabï dans tel inventaire ou par tel copiste, tant est grande la place qu'il occupe dans le domaine de la mystique.

  1. En outre, Ibn 'Arabï n'est pas seulement le plus fécond des auteurs musulmans, il est aussi le plus répandu. Ses ouvrages sont dispersés aux quatre coins du monde et constituent une des parties les plus riches des fonds d'Orient et d'Occident. On imagine donc l'entreprise colossale qui attend le chercheur décidé à aborder un tel sujet. 
  1. Il est une autre cause qui provoque les réticences des chercheurs: c'est le caractère insolite d'une œuvre où les idées et les termes obscurs abondent; c'est l'étrangeté d'une expérience spirituelle unique qui se meut dans l'univers fuyant du plus haut éso-térisme. Une expérience spirituelle de cette qualité exige donc de la part du chercheur une certaine affinité de pensée et un patient labeur.  
  1. Davantage encore, Ibn 'Arabï, tout en occupant une place privilégiée dans l'ensemble du savoir islamique, n'a pas formulé sa doctrine dans un traité déterminé ni d'une façon systématique. Ainsi, des problèmes fondamentaux sur lesquels il a une vision originale et profonde, tels que l'idée de Tawhid (le Dogme de l'Unité divine) ; la Wahdat al-Wudjûd (l'Unité transcendantale de l'Être), les Tadjalliyât (Théophanies divines) ou la Haqîqa Muhammadiyya (la Réalité essentielle du Prophète), ne font pas l'objet d'ouvrages indépendants mais sont au contraire disséminés à travers ses innombrables écrits. On pourrait en effet comparer Ibn 'Arabï à un grand musicien qui aurait composé un air inoubliable puis qui, par caprice, l'aurait décomposé en variations tout au long de son œuvre. L'air inoubliable est là mais il exige du chercheur un effort considérable pour être connu dans son unité intégrale.
 

Mais si notre étonnement est grand à la vue de cette gigantesque œuvre, il ne l'est pas moins lorsque nous constatons qu'elle n'est  pas le fruit d'une vie calme, solitaire, tout orientée vers l'étude. Ibn 'Arabï en effet, a consacré la majeure partie de sa vie aux exercices spirituels : retraite, mortification, méditations, et aux voyages. Nous le voyons sillonner les routes du Maghreb à l'Orient apprenant à connaître les choses et les êtres, semblable à la phalène assoiffée de lumière mais qui ne sera jamais consumée par elle ! En voici un exemple:


  • En 600 (Hégire),  durant le mois de Rabï I, nous trouvons notre Shaykh à la Mecque, près de la Ka'ba, plongé dans ses méditations et commentant son immortel Dïwân : Targumân al-Ashwâq, aux disciples réunis autour de lui.
  • En 601 H., pendant le mois de Safar, il est à Bagdad absorbé par les mêmes occupations;
  • le 7 Radjab de la même année, le voilà à Mossoul recevant de la main de son maître 'Alï b. Gâmi', au cours d'une cérémonie solennelle, la Khirqa du «Khidr» pour la troisième fois.
  • Le 29 Ramadan, il est à Malatya chez son ami Muhammad b. Ishâq al-Rûmï, père du célèbre ésotériste Sadr al-Dïn Qunawî.
  • En 602 H., au mois de Shawwâl, dans la Mosquée de Khalîl, à Hébron, nous le trouvons méditant le mystère du Verbe abrahamique (al-Kalima al-Ibrâhl-miyya) et commentant, entre les tombeaux d'Ibrâhïm et de Yâ'qûb, l'un de ses ouvrages aux disciples qui l'entourent.
  • Enfin, le 19 Sha'bân 603 H. au Caire, dans une réunion de soufis à Hârat al-Oindîl il est sous l'emprise  d'une vision extraordinaire et subit les attaques des fuqahâ ‘ qui réclament sa tête.
 
Lorsqu'on veut établir une comparaison entre Ibn 'Arabï et les autres auteurs musulmans, on constate aussitôt que son œuvre n'est comparable à aucune autre tant du point de vue de son importance que de sa nature. Il est l'unique penseur musulman à avoir recueilli dans une zone vierge une telle richesse; ses œuvres vont du simple traité ne dépassant pas quelques pages aux ouvrages comprenant plusieurs volumes, tel le livre des Futûhât véritable encyclopédie de l'ésotérisme composé de quatre gros volumes totalisant 3.000 pages, ou encore le grand Tafsîr qui comprendrait, selon les indications de l'auteur lui-même, soixante quatre volumes. Quant à la nature particulière de son œuvre, elle diflère de celle des autres maîtres en ce sens qu'elle est centrée sur un sujet unique: l'ésotérisme. Certes, Ibn 'Arabï a écrit de nombreux traités sur diverses disciplines mais toujours pour les mettre au service de la pensée ésotérique, comme nous l'avons  souligné plus haut.

Si nous avons arrêté notre choix sur cette grande figure de l'Islam c'est aussi parce qu'elle est la seule à avoir laissé dans la pensée musulmane une influence aussi profonde que durable, on peut même dire une empreinte ineffaçable dès son apparition au VII e siècle de l'Hégire et jusqu'à nos jours. Sa pensée dégage un si grand pouvoir d'attraction que tous les intellectuels musulmans, qu'ils soient arabes, persans ou autres, ont puisé dans son œuvre et adopté sa terminologie technique. De ce fait, il est quasi impossible de comprendre ou d'étudier tel ou tel métaphysicien postérieur à Ibn 'Arabï sans se référer à celui-ci.

Il est un fait frappant dans l'histoire de la littérature spirituelle de l'Islam qui montre bien cette influence. C'est en effet à partir de l'époque d'Ibn 'Arabï surtout que l'on voit fleurir abondamment un genre poétique qui chante l'amour divin; Dieu se manifestant à travers les êtres et les choses au moyen de la «sympathia». Le cœur des soufis y est décrit comme épris d'amour divin et pénétré de l'idée de l'unité transcendantale de l'Être. Le poète chante la Réalité unique, origine de tout existencié. Elle produit l'univers dans son intégralité, non par un acte extérieur à elle mais par diffusion intérieure ou manifestation théophanique.

Dieu se montre à chaque instant sous une forme nouvelle ou plus exactement sous de multiples formes, indéfiniment, si bien que nous ne pouvons pas de nous-mêmes le saisir, ni dans notre être, ni dans le monde. Les poètes mystiques décrivent, dans une langue magnifique, comment Dieu a illuminé les mondes et les êtres par l'irradiation de ses lumières éblouissantes et comment Ses Noms divins, ses plus beaux Noms ont clarifié les réalités immuables des êtres alors même que ceux-ci étaient à l'état de pure potentialité. Ce sont les essences éternelles qui réfléchissent la perfection infinie des Noms divins comme le miroir réfléchit les images. Nous voyons clairement que cette haute métaphysique, exprimée par les mystiques, sous une forme poétique exquise, porte visiblement le sceau du Shaykh al-Akbar.

Ce qui a retenu encore mon attention, c'est le retentissement que l'œuvre d'Ibn 'Arabï a suscité dans le monde islamique jusqu'à nos jours, retentissement que le grand poète arabe, al-Mutanabbï, aurait souhaité pour son héros ! Pour certains Ibn 'Arabï apparaît comme le Maître suprême, le soufre rouge (al-Shaykh al-Akbar wa-l-kibrît al-Ahmar), pour d'autres, au contraire, il est une source d'athéisme et d'inspiration diabolique. Il eut d'ardents défenseurs et de non moins ardents détracteurs. Et le témoignage le plus étonnant que nous possédions à cet égard est celui du célèbre historien égyptien, al-Sakhâwï, qui a consigné dans son ouvrage sur Ibn 'Arabï les jugements et Fatwa rendus par les autorités islamiques sur le cas Ibn 'Arabï et s'échelonnant sur une période de trois siècles. Al-Sakhâwï a recueilli ainsi plus de trois cents Fatwa, pour et contre le Shaykh, de 620 H. à 895 H. Les commentateurs de l'œuvre du Maître ont été également nombreux. Pour les célèbres Fusûs al-Hikam seulement, nous avons attesté l'existence de cent cinquante commentaires et critiques!

Certes, antérieurement et postérieurement à Ibn 'Arabï, l'histoire de la pensée musulmane a connu plusieurs personnalités qui ont frappé l'opinion générale et en quelque sorte déchiré la conscience islamique. On se souvient de la tragédie d'al-Hallâj, du martyre de Sohrawardï et de bien d'autres encore. Mais le cas d'Ibn 'Arabï est différent, aussi bien par sa nature que par sa portée. Paradoxale destinée que la sienne ! Car c'est bien ainsi qu'elle apparaît aux chercheurs, à première vue. Mais lorsque nous pénétrons plus avant dans l'étude de cette expérience, nous découvrons qu'en réalité il s'agit du cas de l'Islam lui-même sous sa double dimension, en tant que tradition englobant les deux aspects complémentaires de l'ultime Vérité: la Shari‘a et la Haqîqa.

Je voudrais dire par là que le cas d'Ibn 'Arabï ne se poserait pas avec autant d'acuité dans une tradition de pure métaphysique comme le taoïsme ou le Védanta où la personnalité du Maître, semblable à un Shankarâshârya, eut pu s'épanouir librement, ni non plus dans une tradition de pure loi positive où son cas n'eut même pas pu être posé puisqu'il eut été refusé par la communauté tout entière, irrémédiablement. Mais le destin a voulu placer Ibn 'Arabï à la croisée des chemins pour dégager, en sa personne, la véritable vocation de l'Islam.

Telles sont, en résumé, les raisons d'ordre objectif pour lesquelles le choix d'Ibn 'Arabï, comme objet d'étude de mes deux thèses, s'est imposé à mon esprit. 
Osman YAHIA

Photos: Mosquée et tombeau de Ibn Arabi à Damas, Saadane  Benbabaali, juin 2006





[1] H. Corbin, L’imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn ‘Arabî, Aubier, Paris, 1993, p. 111.